Thèse

lundi 19 janvier 2015 / Par Elodie Djordjevic.

fontsizeup fontsizedown

Titre de la thèse :
Rationalité et normativité. Hegel et la question du jugement politique

Thèse soutenue publiquement le 12 décembre 2014.
Mention « Très honorable » avec les félicitations à l’unanimité du jury.


Membres du jury :
  • Denis BARANGER, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas/IUF (rapporteur)
  • Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, Professeur à l’Université de Rennes 1/IUF (rapporteur)
  • Jean-François KERVÉGAN, Professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne/IUF (directeur de thèse)
  • Philippe RAYNAUD, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas/IUF (président)
  • Olivier TINLAND, Maître de Conférences à l’Université Montpellier III

Résumé :

Partant d’une interprétation de la conception hégélienne de l’action et de la normativité par sa confrontation avec des développements de la pensée contemporaine de l’action, du droit et des institutions qui lui semblent — à bien des égards — opposés, cette étude porte sur le jugement politique en tant qu’il met en jeu, de manière problématique, le rapport entre rationalité et normativité. Il s’agit de déterminer les conditions d’un véritable jugement politique, d’une évaluation qui peut se prévaloir légitimement du qualificatif de politique — par distinction, tout à la fois du jugement moral et du jugement technique. Après une analyse de la conception hégélienne de l’action et de ses évaluations qui permet de déceler une acception non exclusivement morale du devoir-être (I), il s’agit d’expliciter la normativité à l’œuvre dans la théorie hégélienne de l’esprit objectif à partir de l’analyse des rapports du droit à l’histoire et à la rationalité et de la mise au jour d’une conception hégélienne du sens pratique (II). La constitution du sujet pratique dans son rapport aux institutions conduit à concevoir le social et le politique comme des modalités distinctes du pratique, conception à partir de laquelle peut être dégagée, au sein du pratique, une normativité spécifiquement politique (III). Il s’agit enfin de tirer le bilan des thèses ainsi mises au jour, de dégager la manière dont peuvent être pensées, à partir de la philosophie hégélienne, tant une rationalité pratique qu’une normativité philosophique et de tracer les contours d’une théorie hégélienne du jugement politique.

Domaine de recherche :

  • Philosophie du droit
  • Philosophie morale et politique classique et contemporaine
  • Philosophie de l’action
  • Ontologie, ontologie des normes
  • Philosophie allemande