Séminaire-workshop de droit politique nº5

fontsizeup fontsizedown

Le séminaire-workshop de droit politique nº5 aura lieu le mercredi 8 juin 2011 à 17h00 autour du thème : « Agir politique et pensée juridique : l’exemple de la crise du 16 mai 1877 »

Participants :

- M. Denis BARANGER, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas
- M. Jean-François CHANET, Professeur à Sciences Po Paris
- M. Ran HALÉVI, Directeur de recherche au C.N.R.S.
- M. Philippe LAUVAUX, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas
- M. Armel LE DIVELLEC, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas
- M. Carlos-Miguel PIMENTEL, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
- M. Nicolas ROUSSELLIER, Maître de conférences à Sciences Po Paris

À propos du thème :

Le séminaire se proposera d’étudier la mise en action des doctrines constitutionnelles lors de l’une des crises qui marquèrent décisivement l’histoire constitutionnelle française, la crise du 16 mai 1877. Le texte de la constitution de 1875 avait pu être élaboré grâce à un compromis entre monarchistes et républicains, qui ne pouvait être mis en pratique qu’à condition que chacun des deux camps conserve sa modération initiale. La première crise politique sérieuse se transforma pourtant aussitôt en crise des institutions, lors de laquelle gauche et droite élaborèrent des doctrines constitutionnelles mutuellement incompatibles, quoique se référant au même texte fondateur. A travers l’étude des débats de 1877, principalement issus des archives parlementaires, et récemment numérisés dans le cadre du contrat de recherche, on se proposera de mieux comprendre comment l’enchainement des évènements, inscrit dans l’agir politique, a pu substituer au texte fondateur des doctrines constitutionnelles de combat, d’en analyser la teneur, et de saisir comment ce qui aurait pu rester une crise politique assez classique, dans un cadre de parlementarisme dualiste, a pu se transformer en une crise majeure des institutions, qui empêcha pendant de longues décennies toute réconciliation durable entre les deux camps issus de la révolution.