Jus Politicum - Volume VI

  • Volume VI : La volonté générale
  • Éditeur : Dalloz, coll. "Les Fondements du Droit"
  • Date de parution : juillet 2014
  • Prix : 40 €
fontsizeup fontsizedown

En France, dans un pays où le mythe de la volonté générale a longtemps exercé un véritable pouvoir de fascination, le recours à cette notion se fait désormais plus parcimonieux. Cela ne signifie pas qu’elle a cessé de jouer un rôle central. Mais il faut lui retrouver une place, en relation avec les idées dominantes du temps (démocratie, droits fondamentaux, État de droit). Désormais instruits de ses équivoques et de ses évidences trompeuses, nous entretenons avec la volonté générale un rapport qu’on pourrait qualifier de patrimonial : elle est un monument de notre culture constitutionnelle, mais un monument qu’il nous est à charge de revisiter. Ce numéro de Jus Politicum se propose d’y contribuer sous de nombreux angles : historique, théorique, ainsi que de la comparaison entre différentes cultures constitutionnelles, mais aussi avec d’autres branches du droit public.

SOMMAIRE

La volonté générale

- Jacky Hummel : À qui appartient la volonté générale ? Ouverture

- Carlos-Miguel Pimentel : Les trois échecs de la volonté générale : délibération rousseauiste et procès symbolique britannique

- Bruno Daugeron : De la volonté générale à l’opinion électorale : réflexion sur l’électoralisation de la volonté collective

- Jean-Marie Denquin : Volonté générale, opinion publique, représentation

- Gweltaz Eveillard : La place de la volonté générale dans l’élaboration de l’acte administratif unilatéral

- Renaud Baumert : Kelsen, lecteur critique de Rousseau : de la volonté générale à la volonté collective

- Bernard Bruneteau : L’interprétation du totalitarisme en tant qu’extrémisme du mythe de la volonté générale

Varia

- Arnaud Le Pillouer : Un Président sans « conseil exécutif » : le choix de Philadelphie

- Cécile Guérin-Bargues : Cour de justice de la République : pour qui sonne le glas ?

- Apostolos Vlachogiannis : Le Conseil constitutionnel face au changement de circonstances de fait : réflexions à la lumière de l’expérience américaine