Denis BARANGER, Parlementarisme des origines

  • Éditeur : Presses Universitaires de France
  • Collection : Léviathan
  • 1re édition : 1 mai 1999
  • Relié : 408 pages
  • ISBN-10 : 2130497446
  • ISBN-13 : 978-2130497448
fontsizeup fontsizedown

« Si l’on sait que l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles a été un formidable laboratoire des techniques constitutionnelles modernes, les conditions précises de cette élaboration sont dissimulées derrière un voile de confusion. Cela est spécialement vrai de ce qui est couramment tenu pour l’un des principaux legs de l’époque allant de la glorieuse révolution de 1689 jusqu’aux premières années du règne de Victoria : la responsabilité politique du cabinet. L’univers politique du grand XVIIIe siècle anglais est infiniment riche et fragmenté. Cette complexité a longtemps été dédaignée par l’histoire des régimes et des formes politiques. L’objet de cet ouvrage n’est pas de rétablir la vérité, qui ne se trouve nulle part, mais de faire apparaître les voies et moyens d’un processus déterminant pour l’histoire politique et constitutionnelle de l’Europe tout en suggérant les lignes de force de ce processus. L’histoire de la responsabilité politique n’est pas celle de l’assujettissement progressif d’une puissance exécutive sortie tout armée de la période Tudor et Stuart. Le cabinet est issu d’une crise du système ancien de la responsabilité exécutive, qui se meut d’une forme fixe et insusceptible de mise à l’épreuve - le trust - vers une forme plus effective. La formule du " cabinet responsable " apparaît dès lors comme un pléonasme : le cabinet est modelé par la responsabilité. Dans le sillage de ce premier combat, on lit le mouvement de renforcement continu de l’exécutif, qui n’est pas étranger - au contraire - à l’histoire de la responsabilité. Cette interdépendance entre responsabilité et pouvoir est également à l’œuvre dans l’histoire des formes de l’engagement de la responsabilité : elle conduit à douter de l’explication canonique d’un passage de la responsabilité de l’individuel au collectif (de la chute de Walpole à celle de North) et du pénal (l’impeachment) au politique (la censure parlementaire, elle-même rapidement asservie à la volonté de l’électorat après 1832). Il apparaît que les trois grandes formes répertoriées (procédure pénale, contrôle politique sur le fondement de la confiance, relations entre le ministère et le peuple) ne se succèdent pas élégamment, mais vivent et meurent les unes des autres, dans un processus complexe où le nouveau prend les traits de l’ancien, et où cet ancien ne dépérit jamais entièrement. »